logo-les-caprices-dalice

Aujourd’hui on va vous raconter l’histoire des sextoys, et nous pouvons déjà vous dire que c’est assez intéressant. Saviez-vous que le premier objet érotique remontait à l’an 33 000 avant JC ? 

Curieux de savoir ce que l’huile d’olive et les médecins aux mains étroites ont à voir avec l’histoire des jouets sexuels ? Suivez le guide …

Le premier sextoy ne date pas de la dernière pluie

En l’an 33.000 avant JC, les gens étaient déjà fous de sexe en Allemagne. C’est du moins ce que l’on pense maintenant, puisque le plus ancien objet d’art érotique a été trouvé dans ce pays. Elle est considérée comme un symbole de fertilité et s’appelle la Vénus de Hohle Fel, bien qu’elle ressemble à un pénis. Excitant, n’est-ce pas ?! 

Un peu plus tard, mais il y a encore longtemps, en 28 000 avant JC, le premier gode est né. C’était un objet en forme de phallus mesurant environ 20 centimètres. Vous l’avez peut-être deviné, c’était aussi en Allemagne. 

Dans l’an 350 avant JC, Aristote a écrit sur l’utilisation de l’huile d’olive comme lubrifiant. Et dans les vieux bordels de l’époque on trouvait de grands pots d’huile d’olive !

Kamasutra, boules de geisha et cockrings

En l’an 500 après JC, le philosophe indien Vatsyayana a rédigé le célèbre livre : « Le Kamasutra ». Le Kamasutra ne concerne pas seulement les positions sexuelles, comme on le pense souvent. Le livre contient tout ce qu’il faut savoir sur l’amour et les relations. Il couvre également différents types de câlins, bisous, griffures, morsures, tapotements, soupirs, préliminaires et seulement après les jeux sexuels. Saviez-vous que le Kamasutra n’était pas réservé qu’aux couples hétérosexuels ? On parle aussi de conseils pour les personnes du même sexe.

À cette époque, les premières boules de geisha japonaises sont également apparues ; elles étaient utilisées par les femmes pour entraîner les muscles de leur plancher pelvien. Et environ 1 000 ans plus tard, les premiers anneaux péniens sont apparus en Chine. Ces anneaux péniens étaient fabriqués à partir d’ivoire, de jade ou… de paupières de chèvre.

Au XVIIe siècle, les premières versions de poupées sexuelles commencent à être commercialisées. Et non, elles ne peuvent pas être comparés aux spécimens réalistes que l’on peut trouver aujourd’hui. Ces poupées étaient fabriquées à partir de vieux chiffons et de vieux vêtements et étaient principalement utilisées par les marins qui devaient passer de longues périodes en mer sans leurs femmes.

Au cours de ce siècle, le prédécesseur du vibromasseur est également apparu, mais à l’époque ce n’était pas un objet sexuel ! 

Quand les médecins s’intéressent aux plaisirs féminins

Selon Hippocrate, l’hystérie est « un flux sanguin irrégulier entre l’utérus et le cerveau chez la femme ». « Hystérie » est dérivé du mot grec pour utérus : hystera. Plus tard, le médecin grec Galen et le psychologue Sigmund Freud ont lié l’hystérie à la privation sexuelle. Et c’est devenu le diagnostic pour les femmes qui souffraient de douleurs inexpliquées, de dépression, d’excès sexuels, d’explosions de rage ou de femmes qui avaient simplement des opinions claires.

Il s’est avéré que la maladie touchait principalement les femmes sans mari ou veuve. Par conséquent, les femmes étaient sexuellement insatisfaites et sexuellement frustrées. Mais il y avait un remède ! Le remède était un massage du plancher pelvien, mais seulement s’il était administré par un médecin ! Se masturber était considéré comme impur et aussi extrêmement dangereux, car on disait que cela pouvait rendre aveugle !

Le traitement était considéré comme réussi lorsque la femme atteignait l’orgasme, il est donc devenu très populaire. Un quart des femmes souffraient d’hystérie dite « chronique ». Du coup, les salles d’attente des médecins généralistes étaient toujours pleines ! 

Les médecins devaient aider des dizaines de femmes par jour à jouir ! C’est ainsi qu’au milieu du 19e siècle apparaît « le manipulateur » : un vibromasseur à vapeur qui facilite grandement la vie des médecins ! Non seulement ils ont dû faire moins d’efforts, mais les femmes ont également atteint leur apogée beaucoup plus rapidement. En 1902, les premiers vibromasseurs électriques à usage personnel voient le jour. Se masturber n’était plus considéré comme dangereux, les gens pouvaient donc se faire plaisir sans honte !

L’ouverture du premier sex-shop en 1962 !

C’est indéniable : les Allemands sont les précurseurs en matière de sexe ! En 1964, une femme fougueuse, Beate Uhse, a ouvert le premier sex-shop au monde en Allemagne. Beate Uhse est née en 1919 à Wargenau (située dans l’ancienne Prusse orientale, aujourd’hui Russie). Après la guerre, Uhse s’est enfui dans le nord de l’Allemagne et a commencé à vendre des marchandises en porte-à-porte. De cette façon, elle a pu rencontrer de nombreuses femmes qui lui ont partagé leurs problèmes les plus intimes. 

Certaines, dont les maris revenaient de la guerre, ont été confrontées à des grossesses non désirées et ont dû recourir à l’avortement en raison de la crise économique. D’autres étaient devenues veuves et manifestaient de nombreux doutes quant à leur sexualité. Le besoin apparent d’éducation sexuelle chez ces femmes a conduit Beate Uhse à commencer à vendre des préservatifs et des brochures sur la planification familiale. 

Avec la révolution sexuelle des années 1960, elle fonde « l’Institut d’hygiène conjugale », un nom avec lequel elle tente de tromper la légalité et les normes moralistes de l’époque (pendant des années, elle doit faire face à un grand nombre de procédures judiciaires).

Cet “institut” est aujourd’hui considéré comme le premier sex-shop de l’histoire. Ce fut un énorme succès et au fil du temps, elle ouvrit également des magasins à Amsterdam. Aujourd’hui, c’est toujours un nom connu en Allemagne.

 

0
    0
    Votre panier
    Votre panier est videRetourner à la boutique